personnes / les gens



Pendant six mois, j’ai collecté à l’écrit cent portraits lors de trajets urbains en tramway dans la ville de Bordeaux.

 

Cent descriptions de ce que ces personnes me donnait à voir d’elles. Cent rencontres qui n’ont pas eu lieu. Cent moments immobiles dans un tramway en mouvement. Cent souvenirs

inventés du regard.

 

Que me donne l’autre à savoir de lui par mon seul regard ?

Qu’est-ce que je vois de lui ?

Qu’est-ce qui accroche mon regard ?

Qu’est-ce que je comprends de l’autre ?

 

Ce projet est né dans le tramway et a pour cadre créatif le voyage en tramway. Le «tram» est à Bordeaux comme le métro à Paris, un outil de transport dont on oublie le sens, le cadre, par la répétition de l’usage. Il est aussi le lieu du croisement (trajets, populations, lignes de vies). Enfin, il est ancré de façon emblématique dans la société bordelaise contemporaine.

 

Portrait aléatoire d’une société immobile (dans le tramway je suis immobile) et en mouvement (pourtant le tramway me déplace), individuelle (je vais d’un point a à un point b, mon trajet est individuel) et collective (nos trajets se juxtaposent, se mêlent le temps d’une, deux ou x stations, nous vivons en groupe ces déplacements), intime (je suis la source de l’observation, ce que

je note/reçois de l’autre passe par le filtre de mon intimité) et partagée (nous nous rencontrons du regard et du non-regard, nous partageons un moment dont par habitude nous ne gardons pas trace)…